Facebook Twitter Pinterest YouTube
Home A VOIR Le barrage Hoover Dam, par Sébastien FREMONT
formats

Le barrage Hoover Dam, par Sébastien FREMONT

Publié le juin 22, 2013 par dans A VOIR

 

Sébastien FREMONT , l’auteur du livre Las Vegas la pépite du désert que nous avions interviewé précedemment, a gentiment accepté d’écrire pour le blog  une chronique sur le barrage Hoover Dam.

 

Rq: le barrage Hoover Dam est situé à  50 km au Sud-Est de Las Vegas

 

 

Découvrez son excellente chronique agrémentée de ses superbes photos:

 

Hoover Dam, un barrage aux portes de Vegas …

 

 

Situé à seulement 45 minutes de voiture du Strip, sur la rivière Colorado qui marque à cet endroit la « frontière » entre l’Arizona et le Nevada, le barrage Hoover (Hoover Dam) constitue une excursion idéale qui mérite qu’on lui consacre une demi-journée.

On sort de Las Vegas par le Sud-Est de la vallée en empruntant l’autoroute 515, en suivant également les panneaux de la 95, puis en rattrapant la route 93 qui contourne le centre-ville de la petite bourgade de Boulder City.

Pour les plus sportifs, le barrage est également accessible à vélo, grâce à un réseau de pistes cyclables très bien balisé. Mais n’oubliez jamais que vous êtes au milieu d’un désert particulièrement aride.

Pour l’avoir testé, prévoyez plusieurs litres d’eau en sac à dos, car la chaleur sèche ambiante, associée à l’effort, sont extrêmement déshydratants.

 

 

 Mai 2008 : la construction de l’arche qui supportera le futur pont permettant au trafic commercial d’éviter de transiter par le barrage Hoover n’a pas encore commencé. Sur la photo à droite, le Hoover Dam Visitor Center.

 


Egalement surnommé Boulder Dam, du nom de la commune située à une quinzaine de minutes seulement de l’ouvrage, le barrage a une longueur de près de 380 mètres, pour 221 mètres de haut, mesurés à partir du niveau du lit de la rivière.

Sa construction a démarré en 1931 pour s’achever quatre ans plus tard, tandis que son exploitation industrielle a démarré en 1936. Une fois érigé, le barrage a, bien entendu, engendré la création d’une retenue d’eau en amont, le lake Mead, devenu à son tour une destination très prisée tant des résidents de Las Vegas que des touristes en mal de rafraichissement.

 

Retrouvez toutes les informations relatives au barrage Hoover sur le site internet officiel : http://www.usbr.gov/lc/hooverdam/

 

La première fois que je me suis rendu au barrage Hoover, en 1989, les flots du lac affleuraient les évents de débordement latéraux qui permettent à l’eau de « contourner » le barrage en cas de crue.

Aujourd’hui, 24 ans plus tard, le niveau du lac Mead a perdu une trentaine de mètres de hauteur d’eau, faisant craindre aux experts son assèchement… dès 2021 !

Surconsommation d’eau douce par l’agglomération voisine qui concentre désormais deux millions d’habitants, diminution de l’enneigement des sommets du Colorado et donc baisse du débit de la rivière qui n’est plus suffisamment alimentée par la fonte des neiges, sécheresses successives qui accentuent l’évaporation de l’eau à la surface du lac, constituent les principales causes du phénomène.

 

 

L’immensité des lieux est trompeuse, mais la marque blanche sur les montagnes qui borde le Lake Mead fait une trentaine de mètres de hauteur, soit l’équivalent d’un bâtiment de 10 étages, et représente la hauteur d’eau perdue en 25 ans.


 

Pour l’anecdote, puisque le barrage est construit à cheval sur la « frontière » entre le Nevada et l’Arizona, lorsque vous vous trouvez au milieu de l’ouvrage, vous êtes également entre deux fuseaux horaires, l’état du Nevada étant, tout comme la Californie plus à l’Ouest, à l’heure de la Pacific Time Zone, tandis que l’Arizona se trouve sur le fuseau de la Mountain Time Zone.

Ainsi, lorsqu’il est midi côté Nevada du barrage, il est 13h côté Arizona

 

 

 Sur le socle de la stèle qui marque le milieu du barrage, la flèche de gauche indique la voie à suivre pour gagner le Nevada, tandis que celle de droite envoie le visiteur vers l’Arizona.

 

 Deux pendules, installées sur les piliers en amont du barrage, indiquent l’heure côté Arizona et côté Nevada, avec une heure de décalage horaire entre les deux rives de l’ouvrage.

 

 

Depuis 2010, un pont dont la construction a débuté en 2005, permet au trafic commercial d’éviter le barrage.

Le Mike O’Callaghan–Pat Tillman Memorial Bridge mesure 580 mètres de long et enjambe la rivière Colorado à 270 mètres au-dessus du niveau de l’eau.

Un trottoir, séparé des 4 voies de circulation par un parapet en béton, permet de le traverser à pied en toute sécurité, et offre une vue époustouflante sur le barrage et la rivière en contrebas ainsi que sur les montagnes désertiques alentours.

Une vue quasi aérienne à ne pas manquer

Toutes les infos sur : http://www.hooverdambypass.org/

 

Mai 2010 : pont en phase finale de travaux, quelques mois seulement avant son ouverture au trafic routier.

 

 Vue du barrage Hoover depuis le Mike O’Callaghan–Pat Tillman Memorial Bridge.

 

 

Pour une véritable vue aérienne du site, rendez-vous sur le parking de l’Hacienda Hotel&Casino, en bordure de la route US-93, où un héliport a été aménagé par la société Dam Helicopter Company qui propose aux visiteurs des survols du barrage à partir de 69 dollars par personne.

Infos et tarifs sur : http://www.damhelicopterco.com/index.php

 

Il est également possible de visiter les installations techniques situées à l’intérieur du barrage, bien que leur accès ait été largement restreint après les attentats du 11 Septembre 2001.

Le visiteur y apprend notamment que, contrairement aux idées parfois reçues, la production électrique de l’ouvrage est très majoritairement consacrée à la consommation de la Californie voisine, et non à la vallée de Las Vegas pourtant toute proche.

Plus d’infos sur : http://www.usbr.gov/lc/hooverdam/service/PowerplantTour.html

 

Au retour, avant de retrouver Vegas la trépidante, faites une halte à Boulder City, charmante petite commune que vous trouverez sur votre route, véritable havre de paix qui tranche avec l’excitation des casinos voisins.

Héritage des années 1930, Boulder City qui hébergeait les ouvriers chargés de la construction du barrage voisin, interdisait et interdit toujours les jeux d’argent sur son territoire communal, seule exception aux lois permissives de l’état du Nevada.

Son centre-ville typique du grand Ouest américain, ses échoppes garnies de bijoux et d’artisanat indien, ses terrasses ombragées et sa situation qui surplombe le désert alentour et qui offre une vue imprenable sur le lac Mead, méritent également que l’on s’y attarde quelques instants pour profiter de ses charmes.

 

 

 

Un immense merci à Sébastien FREMONT de nous avoir fait découvrir le barrage Hoover au travers de cette superbe chronique!

 © Photo : Sébastien FRÉMONT

 

Retrouvez notre interview de Sébastien FREMONT,  auteur du livre Las Vegas la pépite du désert

 

 

Et vous avez-vous déjà visité le barrage Hoover Dam?

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
8 Comments  comments 

8 réponses

  1. Combaret

    Bonjour,
    Ayant visite à 2 reprises le Grands Canyons ,je suis toujours émerveillé par la beauté du site!
    C est pour moi un moment inoubliable!

  2. Dominicbis

    Bonjour,
    Excellent article, et je me permet de poser une question à Sébastien qui a peut-être de bonnes informations :
    Ce lac a été utilisé pour alimenter LV par facilité et de façon drastique; et diverses hypothèses et projets d’approvisionnement externe par « pipe-line » etc…existent; mais est-il vrai qu’il y a sous la ville une énorme nappe phréatique exploitable faisant de l’eau un problème plus politique que environnemental ?
    Merci
    Cdlt

  3. Sébastien FREMONT

    Bonjour,
    Chacun d’entre nous, adeptes de Las Vegas, savons que la ville a été fondée en ces lieux grâce à la présence de sources artésiennes qui attestent de la présence d’eau dans son sous-sol. Oui mais voilà… les missions successives qui ont découvert les lieux au cours du XIXe siècle, constituées de quelques dizaines de pionniers qui se contentaient de quantités d’eau négligeables, n’avaient pas imaginé que la vallée hébergerait quelque 2 millions d’habitants un siècle et demi plus tard! De nos jours, la consommation d’eau douce provient à 90% de la rivière Colorado et du Lake Mead, plus grande réserve d’eau douce des Etats-Unis encore à ce jour, ce qui rend la situation des plus précaires, puisque le lac est menacé d’assèchement à cause de la surconsommation de la ressource. Du coup, des solutions de substitutions sont à l’étude, dont celle qui consisterait à acheminer de l’eau par pipe-line depuis le nord de l’état, ou encore de construire une unité de désalinisation sur le Golfe du Mexique pour ensuite acheminer l’eau vers Sin City.
    La sur-exploitation de l’eau des nappes phréatiques est donc une réalité, et reste de toute façon anecdotique par comparaison aux 90% des besoins en eau qui proviennent encore actuellement du Lake Mead.
    Plusieurs sites, dont celui accessible par le lien ci-dessous, expliquent et vulgarisent assez bien le phénomène :
    http://las-vegas-oasis-artificiel.e-monsite.com/pages/les-probemes-rencontres/un-dilemne-entre-enjeux-ecologiques-et-developpement-economique.html
    Malgré cela, Las Vegas reste unique, et aucun d’entre nous n’imaginons que l’on ne puisse trouver une solution pérenne au problème.
    SF

  4. dominicbiss

    Bonjour Sébastien,
    Merci pour cette réponse, et l’article mis en références est assez exhaustif pour comprendre la situation.
    Il semble donc que cette histoire de nappe souterraine suffisante et laissée en stand-bye actuellement qui m’avait été rapportée par un local il y a deux ans soit une sorte de « légende » et que le problème reste entier.
    A suivre donc.
    Cdlt.

  5. arnho

    Bonjour sébastien et merci pour l’honneur que vous faites à ce blog en rédigeant cet article.
    Plus le temps passe et plus la question de l’approvisionnement en eau de la région deviendra centrale. Je suis convaincu que les personnalités locales sont particulièrement attentives à cette question.
    Vu les enjeux colossaux de la ville, il est certain qu’une solution pérenne sera trouvé dans les années à venir même si l’ultimatum de 2021 me parait pessimiste.
    Je n’ai pas encore visité ce site mais lors d’un prochain séjour, je souhaite visiter le grand canyon en hélico et il me semble qu’un passage y est prévu lors de l’excursion.
    Les seules images qui me reviennent sont celles de James Bond dévalant le « mur » du barrage en rappel, Dans GOLDENEYE je crois.

    • Sébastien FREMONT

      Si j’étais vous, je ne me satisferais pas d’un rapide survol au dessus du barrage Hoover en allant au Grand Canyon. Une visite pédestre s’impose, de mon point de vue en tout cas!
      Il y a en revanche un site auquel je ne me suis pas encore rendu et où il faut que j’aille à l’occasion d’un prochain séjour. Il s’agit de Black Canyon & Willow Beach, accessible par la route US-93, depuis l’Arizona, en aval du Hoover Dam. Par la route en venant de Las Vegas, il faut dépasser le barrage, puis une fois en Arizona, poursuivre son chemin jusqu’à trouver la Willow Beach Road sur sa droite. Là, on peut louer entre autre des canoës et remonter la Colorado River en direction du barrage. Il paraît que la balade est très sympa et qu’en plus de cela, c’est un peu physique… un bon exercice en perspective, le tout probablement dans un décor de rêve…
      SF

      • Arno

        Merci pour votre conseil. Je vais y réfléchir le moment venu.

        Même si je passe le + clair de mon temps dans les casinos, il faudra bien que je fasse un peu du tourisme dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>